LOUIS XIII à Morgiou.

Le lundi 7 novembre 1622 les pêcheurs de la Prud'homie de Marseille avaient organisé un divertissement réservé aux hôtes de marque. Avec de grands filets, sans doute du type seinches, qui pouvaient emmagasiner des quantités importantes de poissons de grande taille, le jeu consistait à harponner les thons emprisonnés dans un espace réduit où aucune chance de s'échapper n'était envisageable.


Arrivé au port de Morgiou, calanque réputée (à l'époque hélas!) pour ce genre de pêche, parmi tant d'autres (2 fois hélas!!), Louis XIII et quelques audacieux de son cortège montèrent dans une ou plusieurs embarcation(s) aménagée(s) pour ce genre de sport et aussi un peu pour le Roy. Le harpon consistait en un trident de vermeil d'après un tableau qui représenta cet événement par la suite. On pense que le temps devait être calme en ce mois de novembre car les coups de vent d'Est, fréquents à cette époque, auraient mis à mal l'adresse du Roy. Ceux qui connaissent les coups de vent d'Est à Sud-ouest dans cet endroit savent de quoi on parle. Bien entendu les Morgioutiens et les invités venus nombreux ne manquaient pas d'applaudir à chaque lancée de harpon qui touchait les malheureux thons emprisonnés. Le Roy tout heureux de sa dextérité, acclamé par les spectateurs, avoua avoir passé des instants inoubliables.

À cette occasion des marches ont été taillées dans la roche pour faciliter le débarquement du Roy et de son escorte. Ces marches, qui pourraient être qualifiées d' "ouvrage historique" après avoir été caressées par une foulée royale, caressent à leur tour les fesses des promeneurs imprudents qui empruntent ces marches rendues glissantes par la patine du temps.